Aller au contenu principal

Catégorie : FILM

ANIMES 0

Wonderland, le nouveau film de Keiichi Hara, au cinéma dès cet été

Le mois de juillet sera très beau pour l’animation japonaise en France: en plus des Enfants de la Mer le 10 juillet, nous pourrons découvrir dans nos salles de cinéma le 24 juillet Wonderland, de son nom original Birthday Wonderland, le nouveau film d’animation de Keiichi Hara (Miss Hokusai, Colorful, Un été avec Coo) qui sortira au Japon le 26 avril.

Le film sera distribué en salles par Art House, avant une sortie physique plus tard chez @Anime.

De plus, il sera en compétition officielle au prochain Festival International du Film d’animation d’Annecy, en juin, où il sera diffusé en avant-première européenne.

Pour rappel, ce long-métrage adaptera Chikashitru Kara no Fushigi na Tabi (Strange Journey From The Basement), un livre pour enfants signé Sachiko Kashiwaba.

Synopsis :

Akane est une jeune fille rêveuse qui s’ennuie dans sa petite ville. La veille de son anniversaire, elle se rend chez sa tante antiquaire pour récupérer son cadeau. Dans l’étrange bric à brac de la boutique, elle pose sa main sur une pierre magique. S’ouvre soudain un passage secret d’où surgit Hippocrate, un alchimiste venu d’un autre monde. Il veut convaincre Akane qu’elle est la Déesse Verte dont parle la légende et qu’elle seule peut éviter la terrible sécheresse qui menace son royaume. Accompagnées de l’alchimiste et de son disciple Pipo, Akane et sa tante s’engagent dans un voyage fantastique pour sauver Wonderland.

 

 

FILM 0

Super Mario Bros Un Film De 1993

Super Mario Bros est un film américain réalisé par Rocky Morton et Annabel Jankel, sorti en 1993. Il s’agit d’une adaptation « libre » de la série de jeux vidéo Super Mario. C’est le premier long métrage en prises de vues réelles basé sur un jeu vidéo.

Super Mario Bross Film Affiche

Les frères Mario, Mario et Luigi, sont deux plombiers italo-américains de Brooklyn. Ils se retrouvent transportés dans une autre dimension où ils doivent affronter Koopa, dictateur d’un peuple constitué de dinosaures ayant évolué en forme humaine. Koopa a kidnappé la Daisy, jeune et belle archéologue, qui détient une pierre possédant un pouvoir mystérieux.

Super Mario Bros Film

Le film a été tourné dans la ville de Wilmington en Caroline du Nord, Le rôle de Mario était à l’origine prévu pour Danny DeVito.

super mario bross film 01

Fiche technique :

  • Réalisation : Rocky Morton et Annabel Jankel, avec la participation non créditée de Roland Joffé
  • Scénario : Parker Bennett, Terry Runte et Ed Solomon, d’après la série de jeux vidéo Super Mario de Nintendo
  • Direction artistique : Walter P. Martishius
  • Décors : David L. Snyder
  • Costumes : Joseph A. Porro
  • Photographie : Dean Semler
  • Montage : Mark Goldblatt
  • Musique : Alan Silvestri
  • Production : Jake Eberts et Roland Joffé
  • Coproducteur : Fred C. Caruso
  • Producteur associé : Brad Weston
  • Sociétés de production : Cinergi Pictures, Hollywood Pictures, Allied Filmmakers et Lightmotive
  • Distribution : Hollywood Pictures (Etats-Unis), Pathé Distribution (France)
  • Langue originale : anglais
  • Genre : fantastique, film d’aventure
  • Durée : 104 minutes
  • Dates de sortie :
    • Drapeau des États-Unis États-Unis : 
    • Drapeau de la France France : 

super mario bross film 02

Super Mario Bros le film est le première film tirée de jeu vidéo, bien que sa réalisation rend ce film catastrophique temps bien que dans l’histoire que dans ses effets spéciaux après c’étais en 1993 pour les effets spéciaux sa allait pour sont époque, parlons un peut de l’histoire de nos chère plombier qui est juste complètement a coté de la plaque, les personnages Mario, Luigi et Daisy sont bien représenté bien que on se demande pourquoi Daisy vie dans notre monde, Mario et Luigi sont frère comme dans le jeu se qui est plus tôt pas mal représenté, le monde dans le qu’elle il atterrirent n’a rien avoir avec celui du jeu on se retrouve dans une ville peuplé de créature bizarre qui ne ressemble à aucun personnage des jeux vidéo, parlons un peu du méchant Koopa qui une fois transformé en dinosaure ( Mais pourquoi un dinosaure ? sniff, sniff… ) ressemble plus au fameux Broswer que tous le monde connais, Koopa est une tortue que l’on retrouve dans tous les Mario avec des carapace de différente couleur vert, bleu, rouge, jaune…. alors pourquoi l’avoir transformé en raptor géant crachant du feu ? Les incohérences de ce film le font tourner à un grand film humoristique en référence à Mario, il faut reconnaître que pour l’époque de 1993 et que les références sur les jeux vidéo n’étant pas poussé comme de nos jours il étais difficile de réalisé un film sur notre célèbre plombier sans faire de grosse erreur, Super Mario Bros reste un film à voir au moins une fois dans sa vie, bien que aujourd’hui difficile a trouvé mais avec internet sa devrait allez. Si vous aussi vous vous rappelez de ce film n’hésitez pas à nous laisser vos impressions sur vos souvenirs des aventure de notre plombier moustachu dans Super Mario Bros le film de 1993.

 

 

Gentlemen Cambrioleurs --King of Thieves
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de mars: Gentlemen Cambrioleurs –King of Thieves

Titre original : King of Thieves
Titre français : Gentlemen cambrioleurs
Réalisation : James Marsh
Scénario : Joe Penhall, d’après un article de Mark Seal
Direction artistique : Choi Ho Man
Décors : Chris Oddy
Costumes : Consolata Boyle
Photographie : Danny Cohen
Montage : Jinx Godfrey et Nick Moore
Musique : Benjamin Wallfisch
Production : Tim Bevan, Eric Fellner, Amelia Granger, Ali Jaafar et Michelle Wright
Société de production : Working Title Films
Société de distribution : Studio Canal (Royaume-Uni, France)

Pays d’origine :Royaume-Uni
Langue originale : anglais
Format : couleur
Genre : comédie, film de casse
Durée : 108 minutes
Dates de sortie :
Royaume-Uni : 12 septembre 2018 (avant-première à Londres)
Royaume-Uni : 14 septembre 2018
États-Unis : 25 janvier 2019
France : 27 mars 2019

Distribution

Michael Caine : Brian Reader
Jim Broadbent : Terry Perkins
Tom Courtenay : John Kenny Collins
Charlie Cox : Basil
Paul Whitehouse : Carl Wood
Michael Gambon : Billy « The Fish » Lincoln
Ray Winstone : Danny Jones

Synopsis

Âgé de 77 ans, l’ancien voleur Brian Reader est aujourd’hui veuf. Il décide de réunir une bande de criminels pour réaliser un cambriolage. Ils visent la salle des coffres de la société Hatton Garden Safe Deposit (HGSD) à Londres. Ces cambrioleurs sexagénaires vont se faire passer pour des réparateurs et parviennent ainsi à pénétrer dans le dépôt. Ils neutralisent les alarmes et se mettent à percer la chambre forte. Ils s’échappent avec un butin estimé à plus de 200 millions de livres.

Mon avis:

Tiré d’un fait réel survenu en 2015 : le cambriolage d’un dépôt à Hatton Garden dans le borough londonien de Camden.

Les hommes s’étaient introduits dans une bijouterie au cours du week-end de Pâques et avaient dérobé un butin estimé à près de 275 millions d’euros. Ils ont été arrêtés par les policiers de Scotland Yard, surpris en découvrant leur moyenne d’âge : 61 ans. Agés de 46 à 76 ans, ils comptent notamment trois retraités dans leurs rangs.

le gang des papys
Ray Winstone

Les Américains quand ils font des films avec les anciennes stars ils décollent pour l’espace ou ils jouent les mercenaires qui dégomment tout, les Anglais, comme à leurs habitudes, font plus flegmatiques.

Malheureusement, le film n’arrive pas déclencher une empathie envers les personnages, malgré un début du film était assez prometteur, dans l’introduction successive des personnages, la particularité de ces cambrioleurs qui ont pour certains plus l’air de sortir d’un EHPAD, que d’une prison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon à part ce manque d’empathie et donc de rapprochement avec les protagonistes et de nombreuses longueurs,  le reste de l’intrigue est cependant joliment ficelée jusqu’à la toute fin.Donc malgré tout un bon film et un bon moment à passer dans les salles obscures.
Déjà en salle, alors profitez-en.

 

 

Captain Marvel
FILM 2

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de mars : Captain Marvel

Titre original : Captain Marvel
Réalisation : Ryan Fleck et Anna Boden
Scénario : Meg LeFauve, Nicole Perlman et Geneva Robertson-Dworet, d’après les personnages créés par Stan Lee, Jack Kirby, Gene Colan et Roy Thomas
Direction artistique : Kasra Farahani
Décors : Andy Nicholson
Costumes : Sanja Milkovic Hays
Photographie : Ben Davis
Musique : Pınar Toprak
Production : Kevin Feige
Production déléguée : Victoria Alonso, Louis D’Esposito, Jon Favreau, Alan Fine et Stan Lee
Société de production : Marvel Studios
Société de distribution : Walt Disney Studios Distribution
Pays d’origine :  États-Unis
Langue originale : anglais
Format : couleur
Genre : super-héros
Dates de sortie :
France : 6 mars 2019
États-Unis : 8 mars 2019

Distribution

Brie Larson (VF : Élisabeth Ventura) : Carol Danvers / Captain Marvel
Samuel L. Jackson (VF : Thierry Desroses ; VQ : Patrick Chouinard) : Nick Fury
Ben Mendelsohn (VF : Thierry Hancisse) : Talos, leader des Skrulls
Djimon Hounsou (VF : Frantz Confiac) : Korath
Lee Pace (VF : Gilles Morvan ; VQ : Christian Perrault) : Ronan l’Accusateur
Lashana Lynch (VF : Corinne Wellong) : Maria Rambeau
Gemma Chan (VF : Zina Khakhoulia) : Minn-Erva
Annette Bening (VF : Pauline Larrieu) : l’intelligence suprême / Dr Wendy Lawson alias Captain Mar-vell
Clark Gregg (VF : Jean-Pol Brissart) : Phil Coulson
Jude Law (VF : Jean-Pierre Michaël) : Walter Lawson / Yon-Rogg
Algenis Perez Soto : Att-Lass
Rune Temte : Bron-Char
Akira Akbar (VF : Kaycie Chase) : Monica Rambeau
Colin Ford : Steve Danvers
Kenneth Mitchell : le père de Carol Danvers
Robert Kazinsky : un motard
Mckenna Grace : Carol Danvers enfant
Stan Lee (VF : Jean-Claude Montalban) : lui-même (caméo)
Don Cheadle (VF : Sidney Kotto) : James « Rhodey » Rhodes / War Machine (caméo scène post-générique)
Chris Evans (VF : Alexandre Gillet) : Steve Rogers / Captain America (caméo scène post-générique)
Scarlett Johansson : Natasha Romanoff / Black Widow (caméo scène post-générique)
Mark Ruffalo (VF : Rémi Bichet) : Bruce Banner / Hulk (caméo scène post-générique)

Captain Marvel

Synopsis

Le film retrace l’histoire de Carol Danvers qui, dans les années 1990, devient l’une des héroïnes les plus puissantes qui aient jamais existé après que la Terre s’est retrouvée au centre d’un conflit galactique entre deux races extraterrestres, les Kree et les Skrulls.

Un peu d’histoire

Je vous avais déjà quelques peu narré l’histoire de Captain Marvel sur mon article sur Shazam: https://zeroaccessteamgeek.com/2018/09/17/shazam/

Captain Marvel n’est pas un seul et unique personnage il est le pseudonyme de plusieurs héros (quatre hommes et trois femmes) Mar-Vell, alias Captain Marvel capitaine de l’armée Kree venu espionner la Terre, est un super-héros évoluant dans l’univers Marvel . Créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Gene Colan, le personnage de fiction apparut pour la première fois dans le comic book Marvel Super-Heroes n°12 en décembre 1967.

Captain Marvel
Captain Marvel

Ses aventures ont été publiées de 1968 à 1979 dans Captain Marvel, 1re série (62 numéros).

Sa mort due à un cancer est relatée dans le roman graphique : Marvel Graphic Novels #1 : The Death of Captain Marvel (1982), écrit par Jim Starlin.publiées depuis 1967 par Marvel Comics dans plus de huit séries de comics de super-héros du même nom ainsi que quelques numéros spéciaux :

En 1982, dans le premier roman graphique publié par Marvel, écrit et dessiné par Jim Starlin, le héros meurt d’un cancer sur Titan en présence de la communauté des super-héros de l’univers Marvel.

La Mort de Captain Marvel
La Mort de Captain Marvel

La décision de tuer Mar-Vell fut prise pour lancer la collection de romans graphiques Marvel et parce que les auteurs de Marvel n’arrivaient pas à appréhender et relancer le personnage. « Marvel voulait se débarrasser du personnage, parce que personne ne savait comment l’écrire », dit Jim Starlin dans une interview. « Je l’avais emmené dans cet univers métaphysique et mystique et les autres auteurs ne s’y firent jamais. » Le père de Starlin était mort récemment du cancer8 et Starlin dit qu’écrire le roman graphique était une « sorte de thérapie ». Jim Starlin retourna à son personnage avec la contrepartie que Marvel publie son roman graphique Dreadstar8.

——

Puis vint, Monica Rambeau, Monica Rambeau . Créée par Roger Stern et John Romita Jr., le personnage apparaît pour la première fois dans Amazing Spider-Man Annual #16 (1982).

Monica Rambeau - Captain Marvel

Femme lieutenant de la marine américaine, qui fut membre des Vengeurs, plus connue sous le nom de Captain Marvel, elle a aussi été surnommée Photon et Pulsar. Depuis 2013, elle apparaît dans la deuxième série Mighty Avengers sous le nom Spectrum.

——

Ensuite, Genis-Vell . Créé par Ron Marz et Ron Lim, le personnage de fiction apparaît pour la première fois dans Silver Surfer Annual # 6 en 1993.

Genis-Vell
Genis-Vell

Fils du premier Captain Marvel, il a été créé artificiellement après la mort de son père dont il possédait les puissants pouvoirs. Il s’est d’abord appelé Legacy (Héritage) en hommage à son père, puis Captain Marvel (III) et Photon

Genis-Vell a été créé par Ron Marz et Ron Lim dans Silver Surfer Annual # 6 (1993). Il a d’abord porté le nom de Legacy.

À partir de 1995, sous les noms de Genis-Vell et Captain Marvel, il a été le personnage principal de trois séries de comics intitulées Captain Marvel.

——

Notre quatrième Captain Marvel est:  Phyla-Vell une super-héroïne elle est la jeune sœur de Genis-Vell.
, créée par Peter David en 2003 dans le comic Captain Marvel vol. 4 #16 . Elle a été aussi surnommée Captain Marvel jusqu’en 2005, puis Quasar depuis le crossover Annihilation (2006) et Martyr dans la Guerre des Rois en 2009.

Phyla Vell - Captain Marvel
Phyla Vell – Captain Marvel

Phyla est apparue quand Genis, fils unique, recréa l’univers et, ce faisant, généra plusieurs anomalies qui eurent pour conséquence de ramener à la vie sa mère et de lui faire apparaître une sœur. Elle combattit son frère et essaya d’obtenir de lui le surnom Captain Marvel qu’elle porta après qu’il eut changé son nom en Photon. Elle a été vue en 2004 en train de séduire Dragon-Lune.

Le cinquième est Khn’nr, Khn’nr est un extraterrestre . C’est un agent dormant des Skrull qui se fait passer pour le capitaine Kree Mar-Vell.

Khn'nr
Khn’nr

Le métamorphe Skrull Khn’nr est liée à l’ ADN de Mar-Vell verrouillant son corps sous la forme de celui-ci et compte tenu des répliques technologiques des Kree néga-bracelets,  son conditionnement mental bâclé, entraîne l’effacement de la personnalité de Khn’nr, laissant la personnalité  de Mar-Vell être dominante.

il devient donc l’ennemie des Skrulls.

Skrulls
Skrulls

L’avant dernier Captain Marvel, Noh-Varr, apparaît pour la première fois dans Marvel Boy # 1 (août 2000). Il est apparu dans la série Civil: Young Avengers / Runaways et New Avengers: Illuminati . Après son apparition dans Secret Invasion , il rejoint les Dark Avengers en tant que capitaine Marvel .Puis il rejoint les Young Avengers en 2013.

Noh-Varr
Noh-Varr

Et la dernière et justement celle qui est la star de ce film, Carol Danvers .

Créé par le scénariste Roy Thomas et le dessinateur Gene Colan, elle apparaît pour la première fois dans le comic book Marvel Super-Heroes no 13 en mars 1968.

Carol Danvers a souvent changé de nom de code et de costume au cours de sa carrière de super-héroïne, employant successivement les pseudonymes Miss Marvel de 1977 à 1980, Binaire de 1981 à 1997, Warbird de 1998 à 2002, puis à nouveau Miss Marvel de 2006 à 2012 et, depuis 2012, Captain Marvel.

La voilà donc en version cinéma, avec ce nouveau personnage l’on ouvre un nouvel univers et une nouvelle temporalité.
Surprise, le film de la super-héroïne Marvel a attiré beaucoup de monde pour ses premières séances à Paris le 6 mars.
Comme d’habitude les avis sont partagés, perso je trouve qu’elle envoie du lourd, dans cette guerre entre les Krees et les Skrulls.
Dans les gardiens de la Galaxie, Ronan, homme à la peau bleue et des plus antipathiques, est un Kree.

Guardians-Of-The-Galaxy-Ronan
Guardians-Of-The-Galaxy-Ronan

Action, humour, effets spéciaux, dérision, Aliens, etc. le panel marvel est amplement respecté.
La capitaine Marvel fait ses présentations et tout comme Wonder Woman dans son film éponyme ça déchire, un renouveau dans l’imagerie de la série Marvel? Peut être le post-générique laisse présager une suite et avec du beau monde.

 

 

ANIMES 0

Roujin Z

En bref:

Le long métrage Roujin Z est une fiction d’anticipation mettant le doigt, avec humour et imagination, sur un vrai problème démographique du Japon: le vieillissement de la population au début du millénaire.

Roujin_Z_zero-access-team-geek-2

Résumé:

Au Japon, il y a trop de personnes âgées. Cette croissance du troisième age engendre d’énormes frais pour le gouvernement japonais et continue de creuser ses finances. Pour y remédier, le pouvoir en place lance le plan Roujin Z (Rôjin signifiant « vieillard »), soit la fabrication de lits robotisés s’occupant de leurs hôtes. De la toilette jusqu’au repas, le lit 2.0 s’occupe de tout. Le malheureux Kijuro fait alors office, contre son gré, de cobaye de fortune. Si le vieillard parvient à s’en sortir, le lit du futur devient incontrôlable et saccage littéralement la ville.

Roujin_Z_zero-access-team-geek-4

Pour info:

Cette histoire a été animée sans aide d’ordinateur ou d’image numérique. À l’origine, Roujin Z est un manga portant le nom de ZeD, signé par Katsuhiro Otomo (Akira) et publié dans Mister Magazine: Glénat avait édité le one-shot en France en 1997.

Roujin_Z_zero-access-team-geek-3

Fiche Technique:

Titre original: Rôjin Z

Réalisation: Hiroyuki Kitakubo

Scénario: Katsuhiro Otomo

CHaracter Design: Hisachi Eguchi

Musique: Bun Itakura

Studio: APPP

Durée: 80min

Date de sortie au Japon: 14 septembre 1991

Date de sortie en France: 3 septembre 1995

Disponible en France chez: Kazé

 

Bande Annonce:

 

 

ANIMES 0

Ninja Scroll

Introduction:

Au rang des œuvres ayant fait la renommée internationale de l animation japonaise, Ninja Scroll occupe une place de luxe. Par son contenu fantastique hyper-violent, mêlant ninjas, démons et scènes érotiques, le film se présente comme un exemple d’animation pour adulte. Mais Ninja Scroll a avant tout permis de révéler le talent de son réalisateur Yoshiaki Kawajiri, aux yeux du monde, avant qu’il ne fasse partie de l’immense projet Animatrix.

ninja_scroll_zero_access_team_geek

Résumé:

C’est au cours d un voyage sans quête que le talentueux samurai Jubei Kibagami sauve la magnifique kunoichi (femme ninja) Kagero. EN abattant son démoniaque adversaire, Jubei s’engage à combattre les démons de Kimon. Cette mission périlleuse, jonchées d’ennemis aux compétences aussi extraordinaires qu’effrayantes, l’amène à faire le lien entre un funeste événement de son passé et un complot organisé contre le gouvernement. Il peut heureusement compter sur le soutient de Kagero, désireuse de rembourser sa dette.

ninja_scroll_zero_access_team_geek2

Présentation:

Gros succès au Etats-Unis (plus qu’au Japon) , Ninja Scroll s’inscrit dans la lignée d’un cinéma gore et truculent. Doté d’une réalisation de haut niveau et d’une animation particulièrement soignée, il propose une découverte fantastique et très libre de la figure ninja. En conjuguant sexe et violence, la recette a attiré les plus curieux. Combats dantesques, amour impossible, final dramatique, chaque ingrédient du film est traité avec une passion évidente. Yoshiaki Kawajiri a doté les ennemis de Jubei de pouvoirs spéciaux et transforme chaque combat en moment solennel. Les nombreuses idées de mise en scène découlent d’un style agressif qu’on retrouve dans toute sa cinématographie.

ninja_scroll_zero_access_team_geek3

Fiche Technique:

TItre original: Jubei ninpucho

Réalisation: Yoshiaki Kawajiri

Scénario: Yoshiaki Kawajiri

Character Design: Yoshiaki Kawajiri & Yutaka Minowa

Musique: Kaoru Wada

Studio: Madhouse

Durée: 94 minutes

Date de sortie au Japon: 5 juin 1993

Date de sortie en France: 12 avril 1996

 

Bande annonce:

 

 

Le chant du Loup
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de Février : Le Chant du Loup

Réalisateur : Antonin Baudry

Scénariste Antonin Baudry

Acteurs : Mathieu Kassovitz , Omar Sy, François Civil, Reda Kateb
Genre : Thriller, Film de guerre
Nationalité : Français
Distributeur : Pathé Distribution

Genre : Thriller

Durée : 115 mn
Date de sortie : 20 février 2019

Synopsis

Un jeune homme a le don rare de reconnaître chaque son qu’il entend. A bord d’un sous-marin nucléaire français, tout repose sur lui, l’Oreille d’Or.
Réputé infaillible, il commet pourtant une erreur qui met l’équipage en danger de mort. Il veut retrouver la confiance de ses camarades mais sa quête les entraîne dans une situation encore plus dramatique.
Dans le monde de la dissuasion nucléaire et de la désinformation, ils se retrouvent tous pris au piège d’un engrenage incontrôlable.

Mon avis

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, vu le titre et le fait qu’il met en scène la Marine nationale, « Le Chant du Loup » n’est pas un film de guerre, et ce ne sont pas les quelques torpilles et de missiles tirés qui changerons le sens du film.  C’est un drame psychologique avec des personnages qui doivent prendre des décisions difficiles et dans l’urgence autant les militaires les hauts gradés que les sous-mariniers, tout le travail de préparation avant l’intervention, les calculs de précisions, les décisions lourdes de conséquences que les officiers sont amenés à prendre, ils doivent s’en sortir entre ordres et contre-ordres.
Antonin Baudry réalise un genre de film que les Américains ont quasiment surexploité, le monde des sous-marinier(A la poursuite d’octobre Rouge, USS Alabama, U-571, Sphère, K19…).
Ce qui fait qu’il ne peut échapper aux clichés et autres stéréotypes du genre.
Ces clichés ne sont pas présents au début du film ( qui est sans nul doute excellent), mais bien dans la deuxième partie qui perd beaucoup de son originalité

Je vous laisserais vous faire votre propre idée du film, que je vous conseille d’aller le voir, car un film français qui sort du lot ( comique beauf) ça se fait rare…

Sorti mercredi.

Alita-Battle-Angel
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de Février : Alita Battle Angel.

Réalisation : Robert Rodriguez
Scénario : James Cameron et Laeta Kalogridis, d’après le manga Gunnm de Yukito Kishiro

Musique : Junkie XL
Production : James Cameron, Jon Landau et Robert Rodriguez
Sociétés de production : Lightstorm Entertainment, 20th Century Fox et Troublemaker Studios
Société de distribution : 20th Century Fox (États-Unis et France)

 Action et science-fiction

2 h 02 min

Avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Ed Skrein, Mahershala Ali et Keean Johnson.

Synopsis

Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé – elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer.

Un peu d’histoire

Jean-Pierre Dionnet souhaitait acheter les droits pour faire une adaptation en prises de vue réelles de Gunnm, avec Kirk Wong à la réalisation. Cependant, au moment de signer, les ayants droit lui ont annoncé que « James Cameron [leur] a fait une offre qu’ils ne pouvaient pas refuser ». À propos de Cameron, Jean-Pierre Dionnet se déclare d’ailleurs « un peu choqué qu'[il] ait emprunté quelques idées [de Gunnm] pour [sa série] Dark Angel ».

C’est ainsi qu’en 2003, le réalisateur James Cameron annonce la préproduction d’une adaptation de Gunnm. Il s’agit d’un film en prises de vues réelles couplées avec de l’animation 3D. Fin 2008, l’artiste numérique Mark Goerner affirme qu’il travaille sur le projet depuis environ un an et demi mais que, bien qu’une bonne partie de la préproduction soit terminée, aucune sortie n’est alors programmée même après la sortie du film Avatar.

En 2009, James Cameron déclare que le travail sur Avatar, avec les différentes technologies utilisées, est bénéfique pour l’adaptation de Gunnm, et que l’équipe de production possède déjà un bon scénario et a réalisé beaucoup de travail sur le design. Il déclare quelque temps plus tard qu’il souhaite adapter les premiers chapitres du récit, notamment le motorball. En 2012, il explique qu’il souhaite se focaliser d’abord sur la production de la franchise Avatar car elle véhicule un message mondial sur l’attitude de l’homme face à la nature, tout en étant un divertissement, alors que Gunnm n’est « qu’une bonne histoire ». En 2013, la production du film est annoncée pour 2017, après la sortie du deuxième volet de la franchise Avatar.

Finalement, les quatre suites d’Avatar prévues ne permettant pas à Cameron de se consacrer au projet, il en devient producteur en compagnie de Jon Landau et Robert Rodriguez est choisi pour en assurer la réalisation sur un script de Laeta Kalogridis. La date de sortie du film, nommé Alita: Battle Angel, est annoncée par la 20th Century Fox pour le 20 juillet 2018. (source-wikipedia)

Gunnm:

Gunnm
Gunnm

Gunnm (銃夢, Ganmu?, littéralement « rêve d’une arme ») est une série de seinen manga de Yukito Kishiro prépubliée entre 1990 et 1995 dans le magazine Business Jump de l’éditeur Shūeisha et compilée en neuf volumes. En 2010, à la suite d’un désaccord avec son éditeur, Kishiro transfère Gunnm ainsi que l’ensemble de ses œuvres chez l’éditeur Kōdansha. La version française est publiée en intégralité par Glénat entre 1995 et 1998 dans la collection « Akira ».

L’histoire de Gunnm est une dystopie basée sur une catastrophe naturelle due à la collision d’une météorite avec la Terre, amenant l’humanité au bord de l’extinction. Le monde se divise alors entre Zalem, une ville suspendue réservée à une élite et Kuzutetsu, la terre qui lui sert de « décharge », où la lie de l’humanité survit dans la violence. Cette histoire raconte la renaissance d’une cyborg amnésique nommée Gally, qui va chercher un sens à sa vie.

Gunmm- Gally
Gunmm- Gally

Gunnm est la première série de l’auteur et également celle qui le révèle au Japon. Il s’agit également d’un des premiers mangas exportés avec succès en Occident. Œuvre nourrie par la science-fiction, Gunnm aborde au travers de son héroïne cyborg la question de l’identité, d’humanité, et imagine les dérives sociales d’une telle science.

Les deux premiers tomes de Gunnm sont adaptés en deux OAV  « Original Animation Video » en 1993 et commercialisés en français sous format VHS en 1995. Le manga connait également une suite alternative, Gunnm Last Order, publiée entre 2000 et 2014, ainsi qu’une troisième série, Gunnm Mars Chronicle, débutée en octobre 2014. L’univers de Gunnm est également enrichi par un roman sorti en 1997, par le jeu vidéo Gunnm Kasei no kioku sorti en 1998 ainsi que par deux mangas inspirés de l’histoire principale, le one shot Ashman et le recueil d’histoires courtes Gunnm Other Stories, sortis respectivement en 1997 et en 2007. Un film live intitulé Alita: Battle Angel, réalisé par Robert Rodriguez et produit par James Cameron, avec Rosa Salazar dans le rôle-titre, est prévu pour 2019.

 

Mon avis:

Voilà le premier big blockbuster de cette année 2019,  Alita Battle Angel. Avec deux des plus talentueux réals- producteur,  derrière la caméra, plus des grands noms dont, trois acteurs et actrices oscarisés devant la caméra, comment ne pas attendre un monument.Mais au vu du grand nombre de ratés dans les adaptations de manga en format cinéma, le doute pèse sur ce blockbuster.Connaissant le marketing du marché cinématographique américain, on se doute qu’il y aura des suites, mais Alita arrivera-t-elle à s’imposer comme l’ouverture d’une nouvelle franchise de premier plan à Hollywood ?

Après la grosse déception procurée par Ghost in the Shell, Alita est vraiment sur la sellette et les lecteurs de mangas occasionnels (comme moi) et autre otaku affute les lames de leurs haches, prêt pour l’exécution du film.

Perso, j’aime à croire qu’avec Robert Rodriguez et James Cameron aux commandes, ce film sortira du rang des navets, ratés et autres films tirés de manga, gâchés par un manque certain de connaissance de la culture manga.

Sortie en salles ce mercredi.

 

Dragon 3
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de Février : Dragons 3 Le Monde Caché

Réalisateur : Dean DeBlois

Scénario : Dean DeBlois et Cressida Cowell

Titre original : How To Train Your Dragon: The Hidden World
Nationalité : Américain
Musique : John Powell
Producteur : Bonnie Arnold
Producteur exécutif : Chris Sanders et Dean DeBlois
Coproducteur : Michael A. Connolly
Sociétés de production : DreamWorks Animation
Société de distribution : Universal Pictures
Pays d’origine : États-Unis
Langue originale : anglais
Durée : 94 minutes

Synopsis

Harold, maintenant chef de son village, part à la recherche de nouvelles terres avec son dragon et meilleur ami Krokmou. Tous deux découvrent un monde caché de dragons inconnu de tous, ainsi qu’une Furie éclair. Un nouvel ennemi les attend : « Grimmel le Grave », un chasseur de dragons. Leur amitié sera mise à l’épreuve plus que jamais auparavant. Mais arriveront-ils à surmonter ce nouveau défi ?

Mon avis:

Un troisième volet de la franchise Dragons, une intrigue riche et cependant concise, à peine plus d’une heure trente, plus mature, Dragons 3 préfère se concentrer sur ce qu’il dit que ce qu’il montre. L’aventure est un peu plus adulte, mais je vous rassure les enfants trouveront leurs comptent aussi.

Comme les personnages qui grandissent et murissent, l’histoire en fait de même.
Harold et Astrid, Krokmou vont vivre une nouvelle étape dans leurs évolutions de leur maturité, la trilogie suit son cours de belle façon.
Un méchant qui vaut le détour, la Furie Éclair, un ton plus onirique, mais sans perdre l’action, les gags et l’humour. l’exploration très colorée du fameux monde caché est un moment magique.
Un dernier opus qui devrait laisser de bon souvenir.

Dragons 3
Dragons 3

Oui le dernier opus car le réalisateur Dean DeBlois conclut l’histoire unissant le viking Harold au dragon Krokmou. Dean DeBlois a affirmé que Dragons 3 est bien le dernier film de la saga.

Dean DeBlois
Dean DeBlois

Cependant Dean DeBlois a admis que les studios Dreamworks pourraient continuer à faire vivre Dragons »Je ne possède pas la franchise, Dreamworks pourrait parfaitement décider d’en faire quelque chose d’autre à l’avenir même si je ne vois pas ce qu’il y a à raconter de plus avec ces personnages. » – « Personnellement, j’en ai terminé avec cette saga ». Il a terminé son interview en admettant qu’un possible spin-off ne l’enchanterait pas : « Je n’espère pas. Il faudrait qu’ils soient désespérément à la recherche d’argent (rires). »

Déjà en salle.

Petit bonus😉

 

The Mule
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de Février : La Mule.

Réalisateur : Clint Eastwood
Scénario : Nick Schenk, basé sur un article de Sam Dolnick dans The New York Times Magazine intitulé The Sinaloa Cartel’s 90-Year-Old Drug Mule

Musique : Arturo Sandoval
Production : Clint Eastwood, Dan Friedkin, Bradley Thomas, Tim Moore, Kristina Rivera et Jessica Meier
Sociétés de production : Malpaso Productions, Warner Bros. Pictures et Imperative Entertainment (coproduction)
Sociétés de distribution : Warner Bros. Pictures (États-Unis, France)

Pays d’origine : États-Unis
Genre : drame biographique
Durée : 116 minutes

 

Synopsis

Earl Stone, vétéran de la Guerre de Corée et ancien horticulteur, est aujourd’hui âgé de 90 ans. Endetté jusqu’au cou et sans perspective réelle d’emploi, il accepte un « job » particulièrement facile et lucratif : celui de chauffeur. On lui demande seulement de faire du transport de drogue avec l’aide de son pickup, pour le compte d’un cartel de la drogue mexicain : un go fast apaisé, pense-t-il. Mais alors que ses factures passent au rayon des mauvais souvenirs, le poids de son passé refait surface : aider la famille, et les amis… Et il va falloir faire vite, car Colin Bates, agent de la DEA, se met à traquer ce passeur efficace.

Mon avis

On a beau dire, en bien ou en mal de Clint Eastwood, c’est un cinéaste à l’ancienne, hors des normes actuelles et sans effets.

Clint Eastwood, aime paraître plus fai­ble et croulant qu’il n’est. Ses prouesses n’en sont que plus payantes. A maintenant 88 ans, il incarne Earl, un papy tout ce qu’il y a de plus aimable en apparence, ayant une cour d’amis. Proche de sa petite-fille, il s’est, en revanche, brouillé avec son ex-femme et leur fille, qui lui reprochent de les avoir totalement négligées au profit de son travail d’horticulteur, la passion exclusive de sa vie.

Menacé de saisie. brutalement à court d’argent, il accepte de faire le chauffeur pour transporter une cargaison illicite dont, au ­début, il ignore (ou feint d’ignorer) le contenu. La livraison, très rentable, tout se déroule si bien que le cartel mexicain l’ayant recruté fait de nouveau appel à lui. il devient le passeur de drogue (« La mule »).

Clint Eastwood, fait partie de ces rares cinéastes qui refuse les caméras numériques pour ses tournages, comme peu le font encore parmi ses collègues.

Pour la mule, il choisit une teinte de l’image, presque grisâtre, qui place vraiment l’histoire autour d’Earl, le côté vieilli et terne de ce vieil homme et transcrit dans cette teinte pale.

Tous ses déplacements ­incessants ressemblent à une sorte de purgatoire, malheureusement, Eastwood cabotine à l’extrême en se filmant en boucle soit en train de chanter, de conduire, de danser…etc. Quant à ses répétitives et lourdes allusions sur les valeurs familiales très « made USA », on en est vite lassé ( son côté réac).

Sinon, un très bon jeu d’acteur et mise en scène implacable, sauve le film, les longueurs sont quasiment une signature de Clint Eastwood, donc pas surprises de celle-ci.
Voilà encore un film qui ne laissera personne indifférent, d’une manière ou de l’autre.

Déjà en salle.

La mule - The New York Times
La mule – The New York Times
ANIMES 0

Vénus Wars

venuswars_zero-acces-2

Venus War est à l’origine un manga de 4 tomes de Yoshikazu Yasuhiko,connu pour avoir crée les personnages de Gundam et réalisé le film d’animation Arion. L’auteur s’est lui même chargé d’adapter son oeuvre à l’écran, non sans prendre des libertés vis-à-vis de la version papier. Ce film de science fiction regroupe toutes les passions de l’artiste: une humanité au futur sanglant, un monde ultra-militarisé, d’imposants engins mécanisés et des personnages masqués.

wars-senki-01-gaku-zero-access

Résumé:

Nous sommes en 2089, la 72eme année du calendrier Venusien. La planète Venus est désormais colonisée et un conflit éclate entre deux clamps ( Aphrodia et Ishtar) pour conquérir la capitale. Susan Sommers, une journaliste reporter d’investigation, tente de comprendre les tenants et les aboutissants de ce conflit. Elle fait alors la connaissance d’un groupes de rebelles, les Killers Commandos et plus particulièrement de leur chef, Hiro. Ce dernier, impliqué contre son gré dans la lutte, refuse de participer à cette guerre.

venus-wars-zero-access

Fiche technique:

Titre original: Venus Senki

Réalisation: Yoshikazu YAsuhiko

Scénario: Yoshikazu Yasuhiko et Yuichi Sasamoto

Character design: Yoshikazu Yasuhiko

Musique: Joe Hisaishi

Studio: Triangle staff

Durée: 102 min

Date de sortie au Japon: 11 mars 1989

Date de sortie en France: 21 janvier 1995

Disponible en France chez: Dybex

 

 

Bande Annonce:

 

ANIMES 0

Porco Rosso

Porco Rosso est le premier film de Ghibli à avoir été distribué en France en 1995, alors qu’il a reçu le Cristal du meilleur film au festival d’animation d’Annecy. Les français découvrent alors pour la première fois l’univers de Miyazaki, sans savoir qu’il existe déjà d’autres grands chefs d’oeuvres dans sa filmographie.

porco-rosso-zero access_2

Résumé:

Dans l’Italie de l’entre-deux guerres, dans une ile de l’Adriatique, de nombreux aviateurs se rejoignent à l’hotel Adriano où la belle Gina chante Le temps des cerises. L’un d’eux, Marco Pagnot, est une ancienne légende des airs. Mais il a été transformé en cochon et est devenu chasseur de prime. Malgré sa volonté de raccrocher, il ne peut supporter la montée du fascisme et doit affronter le jeune Curtis avide de célébrité. En retrait, Marco se lie d’amitié avec la jeune Fio.

porco-rosso-zero access_3

Fiche technique:

Titre original: Kurenai no Buta

Réalisation: Hayao Miyazaki

Scénario: Hayao Miyazaki

Character Design: Toshio Kawaguchi

Musique: Joe Hisaichi

Studio: Studio Ghibli

Durée: 93 minutes

Date de sortie Japon: 18 juillet 1992

Date de sortie France: 21 juin 1995

Disponible en France chez: Buena Vista

porco-rosso-zero access

Anecdotes:

  1. Au départ, Porco Rosso était une suite de planches dessinées par Miyazaki dasn un magazine de modélisme. L’artiste y présentait de nombreux avions sous fond d’histoires de cochons pilotes. Par la suite, on lui a demandé d’adapter cet univers dans des courts métrages visibles dans les avions de Japan Air Lines. Mais Miyazaki a peu à peu étoffé son histoire et le film est finalement devenu lourd de sens.
  2. On retrouve Jean Réno et Jean-Luc Reichmann dans la version française.

 

Bande annonce:

 

 

 

FILM 0

The raid 1 et The raid 2

The Raid (titre original en indonésien Serbuan maut) est un film d’action et d’arts martiaux indonésien écrit, réalisé et monté par Gareth Evans sorti en 2012. Une suite, The Raid 2 est sorti en 2014.

the-raid-redemption

Synopsis de The raid : Le quartier général de la mafia de Jakarta est situé dans un immeuble réputé imprenable. Il abrite un labo de fabrication de drogue et chaque chambre sert de refuge aux hors-la-loi. Progressant d’étage en étage, des policiers d’élite, pour qui il s’agit de la première mission, essuient de lourdes pertes. Ils s’aperçoivent qu’ils ont été envoyés à l’abattoir sans que leur hiérarchie n’ait été mise au courant. Malgré cela, les survivants décident de terminer la mission coûte que coûte en affrontant les pires criminels qui existent, dealers, tueurs à gages mais aussi un puissant baron de la drogue.

the raid 1-3

The Raid 2 est un film d’action et d’arts martiaux américano-indonésien écrit, réalisé et monté par Gareth Evans et sorti en 2014. C’est la suite du film The Raid, sorti en 2012.

the raid 2 berandal

Synopsis de The raid 2 : L’histoire commence à la suite de l’assaut du premier volet qui a fini par un fiasco. Rama est récupéré par un petit groupe de policiers qui tente de lutter contre le crime organisé et la corruption des flics véreux. Il accepte une nouvelle mission : infiltrer le syndicat du crime et faire tomber les dirigeants. Pour cela, il doit abandonner sa famille et se faire emprisonner dans la même prison qu’Uco, le fils d’un chef de la mafia de Jakarta.

theraid 2

Ces deux films de combats sont très bien malgré que je regarde très peux de film de ce genre celui-là m’a intéressée pour son histoire. Dans le premier, j’ai bien aimé les habits des méchants ça change des costards des truc bling-bling et avec de grosses armes qu’on voit souvent dans certains films, c’est à partie du deuxième film où on voit les personnages en costar, mais c’est cohérent, car on passe dans le haut rang, ils ont su quand même resté raisonnable et ne pas trop en faire.

the raid 1 the raid 2

the raid 1 4

 

Les scènes de combat sont géniales et violentes, je n’ai pas trouvé d’incohérence à part que dans les films on, c’est maintenant qu’ils font de la nécromancie et ressuscitent les morts en excellents états si je dit ça, c’est que dans le premier film, on voit un méchant mourir, mais dans le deuxième film les réalisateurs se sont dit »  Tiens, on va reprendre le même, mais pour ne pas que ça se voit, on va lui mettre une semi-longue barbe et de long cheveux, comme ça, on ne le reconnaîtra pas » sauf que si son visage le trahit beaucoup, mais on même temps, je pense que c’était pour éviter de reprendre d’autre acteur et garder le budget nécessaire pour le film ce qui est normal, je ferais la même chose re prendre les mêmes acteurs et gardé de l’argent pour créer un bon film.

the raid 2_1 the-raid-2-4

the-raid-2-4

Mise à part ça les acteurs joue très bien à chacun sa manière de se battre avec différentes armes, mais c’est souvent avec les poings et des armes de main.

Il vaut le coup d’être vu malgré que je pense que tout le monde le connaît mais j’aimerais avoir votre avis sur ces deux films.

 

ANIMES 0

LAMU : Beautiful dreamer

 

Alors qu’il orchestre la série TV Lamu, Mamoru Oshii se voit confier la mise en scène du premier film de la licence en 1983: Lamu: Only You. L’année suivante, il jouit d’une plus grande liberté pour le second film puisqu’il écrit entièrement l’histoire. Avec son atmosphère radicalement différente du manga de Rumiko Takahashi, Lamu: Beautiful dreamer devient le premier long métrage personnel du futur réalisateur de Ghost in the Shell.

lamu_beautiful_dreamer_zeroaccess

Résumé:

Lamu est une princesse extraterrestre amoureuse du jeune Ataru, chez qui elle a élu domicile. Mais ce lycéen pervers ne supporte pas le caractère de cette jeune femme au maillot de bain tigré, qui n’hésite pas à lui envoyer des décharges électriques pour lui rappeler ce au’est le coup de foudre. Les personnages de la série se retrouvent à la veille d’un festival des clubs mais l’ambiance festive est rongée par la morosité: ce jour se répète sans fin, de quoi perdre pied entre rêve et réalité…

lamu_beautiful_dreamer_zeroaccess_2

Fiche Technique:

Titre original: Urusei Yatsura: Beautiful Dreamer

Réalisation: Mamoru Oshii

Scénario: Mamoru Oshii

Character design: Akemi Takeda

Musique: Katsu Hoshi

Studio: Pierrot

Durée: 95min

Date de sortie au Japon: 11 février 1984

Date de sortie en France: 24 juillet 2004

Disponible en France chez: Kazé

lamu_beautiful_dreamer_zeroaccess_3

Bande annonce:

glass
FILM 0

GLASS

Productions :
Universal Pictures Blumhouse Productions

Scénario :
M. Night Shyamala

Compositeur :

West Dylan Thordson

Avec :
James McAvoy
Anya Taylor Joy
Bruce Willis
Samuel L. Jackson
Sarah Paulson
Durée :02h08

Synopsis:

David Dunn, l’homme « incassable », se lance à la poursuite de « La Bête », la personnalité surhumaine de Kevin Wendell Crumb. De son côté, « l’homme de verre » Elijah Price éveille à nouveau l’intérêt en affirmant détenir des informations capitales au sujet de ces deux hommes très spéciaux.

glass
glass

Mon avis:

Quand Incassable est sortie personne ne penser que c’était le début d’une trilogie.

Split, l’homme aux 23 personnalités qui à sa sortie n’a pas vraiment laissé entendre qu’il était le numéro 2 de la trilogie si ce n’est l’ intégration en toute fin du personnage de David Dunn d’Incassable, joué par Bruce Willis. Une intrigue à la M. Night Shyamala, qui a bien fonctionné , car nul ne penser à la trilogie, avant la sortie de Glass.

Donc on prend incassable, beau film, mais avec beaucoup de longueur, même si cela apporte à la narration, certaine de ces longueurs, arrive à nous laisser le temps de sortir de l’histoire. Split, un des meilleurs films de M. Night Shyamala à mes yeux, on mélange les deux et l’on arrive à Glass ou nos trois protagonistes se retrouvent dans un hôpital psychiatrique et il aurait mieux valu éviter qu’ils ne se retrouvent, mais bon pour le plaisir de voir ce film du coup on trouve que ce n’est pas si con que ça de les avoir réunis.

Sortie ce mercredi en salle, alors bonne séance.

glass
glass
gräns-border
FILM 0

Les films au cinéma en 2019. Ma sélection de Janvier : BORDER

Titre original : Gräns
Titres international et français : Border
Réalisation : Ali Abbasi
Scénario : Ali Abbasi, Isabella Eklöf et John Ajvide Lindqvist, d’après la nouvelle Gräns de John Ajvide Lindqvist (2004)

Avec Eva Melander, Eero Milonoff

Direction artistique : Frida Hoas
Costumes : Elsa Fischer
Photographie : Nadim Carlsen
Olivia Neergaard-Holm et Anders Skov
Musique : Christoffer Berg et Martin Derkov
Production : Nina Bisgaard, Peter Gustafsson et Petra Jonsson
Sociétés de production : META Film, Black Spark Film & TV et Karnfilm ; Film i Väst, Sveriges Television et Meta Film (coproductions)

Pays d’origine :  Suède

Prix : Un certain regard au dernier Festival de Cannes

Genres : fantasy, drame
Durée : 110 minutes

Synopsis

Tina, douanière à l’efficacité redoutable, est connue pour son odorat extraordinaire. C’est presque comme si elle pouvait flairer la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l’épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui…

border- grans
border- grans
border- grans
border- grans
border- grans
border- grans

Mon avis:

Il existe de temps en temps des perles dans le cinéma, ou la magie rejoint  la réalité et ou l’on se perd entre les deux mondes, ce Film  BORDER en est une.
Poesie,  réflexion, conte de fées, le fantastique, la légende nordique et le thriller, appel à la différence, à la tolérance, au vivre-ensemble.

L’imaginaire, le rêve et le cauchemar, chacun étant utile à l’autre,  comme les ­notions d’humanité et d’animalité. Une figure mythologique,  la plus pure de la nature humaine. Qui fait réfléchir aux notions de beauté, de normalité.

Film magnifique, où les hommes peuvent être monstrueux et ce sont les monstres qui nous donnent une superbe leçon de tendresse.

Sortie hier en salle, malheureusement dans très peu de salle.

%d blogueurs aiment cette page :